Rêver devant les œuvres de NOV’Art

Expos / résidence / ateliers

Faites un break dans les basses vallées

Plage / balades / pique-nique

Explorez l’histoire en famille

Moulin / châteaux / chapelle / dolmen

Faites le plein de sensations

Canoë / vélo / running / à cheval
Claudiebaignade - été 2018

Super cadre verdoyant et bucolique. L'été dernier c'était l'endroit privilégié pour faire des pique nique et baignade avec mes petits enfants...

LatifaL'engrenage - janvier 2019

Très bel endroit. Avec mes enfants, ça restera un bon souvenir... (d'ailleurs, faut que j'y retourne). Ah oui il y avait un super parcourt geocatch pour découvrir le coin ?.

Thierrybaignade - été 2018

Très beau lieu pour débrancher après une journée de travail. A proximité d'Angers, silence et paysage bucolique.

Les bons coins

Le dragon mythique des Basses
Vallées Angevines
Au nord-est d’Angers, la convergence du Loir, de la Sarthe et de la Mayenne, qui s’unissent pour former la Maine, entraîne chaque année l’inondation de plusieurs milliers d’hectares. Ces eaux envahissantes, à la fois fertilisantes et dangereuses, ont engendré tout un monde de peurs et de croyances. Pour comprendre le fléau et tenter de le maîtriser, les hommes ont dû l’expliquer par l’intervention personnifiée d’un puissant esprit des eaux, d’un dragon mythique qu’il fallait combattre et maîtriser et non pas tuer car il était aussi bénéfique. Ce mythe a laissé des traces dans la chrétienté puisqu’on retrouve aux abords de la zone inondable une proportion particulièrement élevée d’églises ou de chapelles consacrées à des saints vainqueurs de dragons dits sauroctones : Saint Armel, Sainte Catherine, Sainte Geneviève, Saint Julien… Les moines de l’abbaye bénédictine de Saint-Serge et Saint-Bach-lès-Angers avaient de fait conservé cette curieuse coutume remontant aux temps celtiques de promener la Guivre ou Dragon de Saint-Serge en procession à travers les rues de la ville. « À la procession de saint Marc et des Rogations, on poilait devant la croix et la bannière un monstrueux dragon ou serpent qui, au moyen d’un ressort, ouvrait une énorme gueule armée d’un triple rang de dents aiguës. » (Chanoine Guéry). Ainsi conjurait-on chaque année le danger… du moins le croyait-on !